Rechercher sur Doctissimo

 

Découvrez Medcost

Plan du site

Contactez-nous

33, rue Raffet
75 016 Paris
Tél : 01 42 15 08 08

HEGP : hôpital sur mesure ou hôpital démesuré ?

Julie Chastres

3 avril 2001

L'amélioration de la prise en charge hospitalière des patients et notamment leur suivi global est apparu comme étant un argument de taille pour la construction de l'ultra moderne Hôpital Européen Georges Pompidou. Mais ce n'était évidemment pas le seul. L'hôpital a été construit dans un bassin de population de 570 000 habitants, il va donc pouvoir répondre à une demande de soins grandissante.
L'hôpital est également né d'une réorganisation hospitalière nécessaire rassemblant les transferts de compétences des professionnels venant des hôpitaux Boucicaut, Laennec et Broussais souffrant de vétusté.
Depuis son ouverture en juin 2000, l'hôpital a connu des difficultés de taille qui ont défrayé la chronique, le dernier en date étant l'épidémie de légionellose. Aujourd'hui, alors que la plupart des problèmes sont réglés et que les urgences vont pouvoir rouvrir, l'hôpital n'a toujours pas atteint sa vitesse de croisière. Gagnera-t-il le défi qui lui est lancé pour constituer LE pôle européen de référence hospitalière?

Une avalanche de chiffres

L'AP-HP a évalué que le regroupement des activités au sein du nouvel hôpital, ainsi que la diminution du nombre de lits redondants, devraient lui permettre d'économiser 130 milliard de francs par an. Mais les patients n'auront pas à subir ces économies, l'APHP ayant engagé d'importants investissements pour proposer ce qu'il y a de mieux. L'hôpital Pompidou c'est déjà un vertige des chiffres : la surface de l'hôpital est de 120 000 m², on y compte 827 lits et places dont 758 lits d'hospitalisation et 69 d'ambulatoire. 90% des chambres sont individuelles et toutes disposent d'un grand confort (toilettes et douches individuelles, accès informatique…).

On dénombre trois pôles cliniques :

  • les urgences-réseau avec 272 lits
  • le cardio-vasculaire avec 266 lits
  • la cancérologie-spécialités avec 282 lits.

Trois pôles médico-techniques ont été créés :

  • la biologie/pharmacie/sang
  • l'imagerie
  • l'anesthésie réanimation.

Enfin, un pôle transversal appelé "entreprise de service" regroupe toutes les fonctions logistiques de l'hôpital au niveau de l'accueil, l'hôtellerie, la maintenance et l'approvisionnement.

L'hôpital présente un plateau technique des plus performants : 24 salles d'opération, 1 IRM, 2 scanners, 12 salles d'imagerie, 8 salles d'endoscopies digestives et pulmonaire…et 3000 salariés dont 700 médecins pour contribuer au parfait fonctionnement de l'établissement.

Le parc informatique de l'hôpital représente également un investissement très important (plus de 100 millions de francs). 2000 ordinateurs sont utilisés pour la gestion administrative et médicale des patients. Et une quarantaine d'applications sont utilisées pour le fonctionnement du dossier médical partagé (voir l'interview du Professeur Patrice Degoulet). D'autre part chaque patient peut disposer d'un accès informatique hiérarchisé allant de la messagerie électronique aux bases de données sous Oracle.

Au delà des aspects techniques, l'hôpital souhaite se doter d'un véritable système de suivi des patients avec la création de réseaux ville-hôpital (dans le domaine de la cardiologie, chirurgie cardio-vasculaire, urgences, cancérologie) mais désire aussi développer des alternatives à l'hospitalisation en favorisant le retour à domicile.

Des problèmes d'adaptation

Outre une construction excessivement longue (plus de 4 ans dont 1 an et demi de retard) et un budget colossal (1,8 milliard de francs dont 166 millions de dépassement) l'hôpital a connu des tourments non négligeables de plusieurs ordres.
Depuis son ouverture aux premiers patients les petites catastrophes techniques se sont accumulées dans l'établissement. Une partie de l'architecture de l'établissement est apparue inadaptée entraînant même la démolition de plafonds pour installer l'appareillage nécessaire ! Des tuyaux d'évacuations non branchés ont causé des inondations dans l'hôpital. Heureusement, les problèmes d'eau potable, les pannes d'électricité ou encore de matériel non stériles ont été réglés assez rapidement.
Le système informatique connaît aussi des perturbations. En effet, l'informatisation très complexe de l'hôpital aurait dû nécessiter des délais de mise en œuvre plus longs, alors que l'opération s'est déroulée en seulement 5 mois. Il faut y ajouter la mauvaise maîtrise du dossier médical partagé, unique en France. Ajoutons enfin, que certains soignants doivent utiliser pour la première fois des outils qu'ils connaissent mal.
La gestion des ressources humaines a également suscité de vives tensions dans l'établissement. Malgré l'accompagnement personnalisé des agents, le transfert des trois populations hospitalières vers l'hôpital Georges Pompidou ne s'est pas fait sans difficulté. Aujourd'hui encore l'ensemble des syndicats réclament 2700 emplois contre les 2400 attribués et un mouvement social s'est déclaré le 22 décembre 2000, le jour meême de l'inauguration de l'établissement par le président de la république.

Des patients victimes de négligences

Rafistolage technique, conflit social et pour couronner le tout, problèmes de sécurité des patients en décembre dernier lorsque une épidémie de légionellose s'est déclarée au sein de l'établissement en décembre dernier, entraînant la fermeture des urgences. La bactérie responsable était véhiculée par le réseau d'eau chaude de l'hôpital à la température insuffisamment élevée.
Depuis la détection de cette bactérie, quatre patients sont décédés dans l'établissement. Une mission d'enquête a donc été ouverte, elle devra déterminer les responsables sachant que la répartition des rôles dans la maîtrise d'œuvre de l'établissement est très complexe, les acteurs se rejetant tous la responsabilité.

Si tous les espoirs d'excellence et de perfection ont été placés sur le nouvel hôpital, les événements qui se sont déroulés révèlent à tout le moins des lacunes dans la mise en œuvre.
L'établissement ne semble cependant pas garder de séquelles de ses mésaventures. Il accueille aujourd'hui environ 500 patients contre 250 au mois de janvier pour une capacité de 827 lits. La priorité de l'hôpital est maintenant de se recentrer sur ses prestations hospitalières en répondant aux objectifs qu'il s'est fixé. L'utilisation des innovations robotiques et informatiques n'étant que les outils pour y arriver.



Réagissez à cet article

Retrouvez tous les articles de la rubrique Systèmes
d'information hospitaliers.

3 avril 2001

 

@
Programme de Médicalisation du Système d'Information (PMSI)
Principes du PMSI
Utilisation du PMSI
Les 10 derniers
Focus PMSI

 Juillet 2002
Thierry Boccara : PDG du Groupe OPTIUM

 Novembre 2001
La cataracte en chirurgie ambulatoire

 Septembre 2001
Chaînage des informations : vers une solution ?

 Septembre 2001
L' épidémiologie par le PMSI, cas pratiques.

 Avril 2001
HEGP : hôpital sur mesure ou hôpital démesuré ?

Février 2001
Les résultats du PMSI privé 1999

Le GEML, un langage pour décrire le génome

Janvier 2001
Le GIP GMSIH annonce son plan stratégique pour 5 ans

Hospit-Hall, une place de marché pour le matériel hospitalier

Décembre 2000
Le bilan du PMSI public et PSPH 1999

Novembre 2000
Une nouvelle agence pour l'information hospitalière

     
   
   
     
Copyright © Medcost 2003-Tous droits réservés.    
 
Dossiers
Recherche
Plan du site
 
Références : Doctissimo I Caradisiac I Ados.fr I Momes.net I gnomz.com I fluctuat.net