Rechercher sur Doctissimo

 

Découvrez Medcost

Plan du site

Contactez-nous

33, rue Raffet
75 016 Paris
Tél : 01 42 15 08 08

L'informatique et les réseaux vont-ils modifier la prescription ?

Christine BOUCHET, Laurent ALEXANDRE,
Cédric TOURNAY

15 février 2000

 

La prescription était autrefois un acte que le praticien réalisait de façon relativement isolée, en se fiant à son expérience et à sa mémoire, et en s'aidant éventuellement de guides de prescription papier. Son objectif était de soigner au mieux un patient qui lui faisait a priori confiance. De nouvelles contraintes sont venues compliquer l'acte de prescription : multiplication du nombre de produits disponibles, RMO, contraintes économiques…

L'informatisation de la santé et plus particulièrement l'utilisation croissante de l'Internet sont également en train de modifier la donne. Le professionnel dispose maintenant d'outils destinés à faciliter et à sécuriser la rédaction d'une ordonnance. Le patient quant à lui, a maintenant la possibilité de se documenter sur ses problèmes de santé et sur ses traitements, ce qui tend à diminuer l'asymétrie d'informations entre lui et les soignants. Enfin l'augmentation du recueil de données à des fins de quantification ou d'évaluation de la prescription permet aux pouvoirs publics d'être mieux informés, ce qui facilite leur rôle de pilotage médico-économique. Tous ces facteurs auront une influence sur la prescription et la consommation de médicaments, mais sera-t-il possible de concilier les impératifs de santé publique et la nécessaire maîtrise des dépenses de santé ?

Les outils d'aide à la prescription : vraie ou fausse sécurité ?

Les sites destinés au grand public : un patient de plus en plus averti… et exigeant

Une amélioration du recueil de données

Des intérêts divergents ?


 

Les outils d'aide à la prescription : vraie ou fausse sécurité ?

Ces outils sont destinés à sécuriser la prescription en facilitant l'accès des praticiens à l'information réglementaire et scientifique concernant le médicament, et en générant des alertes lorsque la prescription comporte des interactions ou se fait en présence d'une contre indication.

Des outils plus ou moins évolués

Ensuite, les logiciels de gestion du dossier médical utilisés par les praticiens intègrent des modules d'aide à la prescription. Selon les cas ils peuvent proposer différentes fonctionnalités :

  • Recherche d'un médicament : elle se fait généralement par nom commercial des produits. Des interfaces plus complexes proposent une recherche évoluée par DCI, par classe thérapeutique, par voie d'administration, associant différents critères.…

  • Les informations disponibles sur les produits peuvent comporter des posologies par défaut, les principaux éléments nécessaires à la prescription ou une monographie complète.

  • La détection des interactions sur une ordonnance est généralement fonctionnelle, mais selon les cas l'outil signalera simplement une interaction de classes ou prendra en compte la voie d'administration (il est possible de prescrire un anti-inflammatoire en gel avec de l'aspirine, mais par un anti-inflammatoire par voie générale).

  • La recherche par indication est encore rarement implémentée (BIAM), mais c'est une des grandes voies de recherche pour les éditeurs de bases, et elle sera disponible au cours de l'année 2000. Il sera donc possible de rechercher les produits indiqués dans l'angine ou dans l'hypertension. C'est une fonctionnalité particulièrement complexe, car elle nécessite une structuration complète des données et la construction d'un thesaurus.

  • La détection des allergies ou contre indications est très complexe et peu opérationnelle pour l'instant. Elle nécessite une structuration des informations du dossier médical et de la base médicamenteuse, un codage direct ou indirect de l'information contenue dans le dossier et un thesaurus permettant de lier le dossier médical aux informations sur les produits.

  • Le calcul du coût de l'ordonnance est une fonctionnalité simple, mais suppose une base médicamenteuse parfaitement à jour avec des informations fiables sur les coûts.

  • La proposition de médicaments équivalents est utile lorsqu'il existe une interaction ou une contre indication à un produit, ou à des fins d'optimisation économique de l'ordonnance (proposition de génériques en particulier).

  • Enfin, il faut mentionner la prise en compte des RMO, qui peuvent être signalées de façon contextuelle (par exemple lors de la prescription simultanée d'anticoagulants et d'anti-inflammatoires), et la possibilité pour le médecin de créer des modèles d'ordonnance pour une situation pathologique donnée.

Des performances très variables

En théorie, ces outils offrent donc aux professionnels la possibilité de réaliser une ordonnance de façon sécurisée en évitant les erreurs (interactions, prescription d'un produit à un patient allergique…). Tout irait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes de la prescription si les outils étaient réellement performants.

En réalité, si les fonctions simples – recherche, interactions, optimisation – sont généralement opérationnelles, les fonctionnalités complexes comme la détection des contre indications donnent encore des résultats aléatoires, même avec les meilleurs logiciels. Il en sera probablement de même pour la recherche par indications, qui repose sur les mêmes principes.

Les outils ont donc encore besoin d'être améliorés. Pour l'instant, ils peuvent permettre au médecin de gagner du temps, de créer des ordonnances parfaitement lisibles évitant les erreurs d'interprétation lors de la délivrance. Mais il ne lui est pas possible de leur faire confiance aveuglément, et leur usage ne doit pas faire ressentir au praticien une fausse impression de sécurité. Il doit conserver son esprit critique et continuer à faire appel à ses connaissances. L'outil d'aide à la prescription permettant d'assister le médecin et de garantir la sécurité du patient existera bientôt, et des progrès rapides sont réalisés.

Grâce au Web, il sera possible d'accéder à une information parfaitement à jour

Le médecin a désormais la possibilité de consulter une information complète et mise à jour en temps réel sur les sites Web des éditeurs de bases médicamenteuses comme Vidal ou Thériaque.

Pour être réellement opérationnelle, la base médicamenteuse intégrée dans les logiciels médicaux doit contenir les dernières informations sur les coûts pour permettre l'optimisation économique de l'ordonnance, et surtout intégrer les molécules les plus récentes ou les modifications d'AMM. De plus en plus d'éditeurs envisagent de proposer des mises à jour des logiciels ou des bases en ligne, ce qui permettra aux professionnels de santé d'avoir sur leur poste de travail les informations les plus récentes.

 

Suite (2/3) 

15 février 2000

     
Dossiers Internet Médical



momes.net
momes.net
ados.fr
ados.fr
doc tv
doc.tv
fluctuat.net
fluctuat.net
Suivez toute
l'actualité
du Foot
 


DOSSIER START-UP

La croisière ne s'amuse plus.
A vos dés.

CHIFFRES EN SANTE

Les 10 derniers articles de l'Internet Médical

 6 novembre 2002
Le WAP est mort, vive l’I-mode

Inetsanté : Internet, pathologies chroniques et professionnels de santé

 4 septembre 2002
Santé et Nouvelles Technologies de l’Information

12 juillet 2002
Le retour des cyberchondriaques

Trophée MFP

 8 mars 2002
Medisite story

Les lauréats des Prix Nobel ont des visions de l'Internet

Le CHRU de Strasbourg ausculte ses investissements informatiques

Proximologie.com, un concept signé Novartis

 19 novembre 2001
Hospimedia : Le dernier né des sites santé

{bandeaudroitbas}

   
   
     
Copyright © Medcost 2005 - Tous droits réservés.    
 
Dossiers
Recherche
Plan du site
 
Références : Doctissimo I Caradisiac I Ados.fr I Momes.net I gnomz.com I fluctuat.net