Rechercher sur Doctissimo

 

Découvrez Medcost

Plan du site

Contactez-nous

33, rue Raffet
75 016 Paris
Tél : 01 42 15 08 08

Quel avenir pour les pharmacies électroniques en France et en Europe ?

Christine BOUCHET

9 décembre 1999
Suite et fin (2/2)

 

Une évolution inéluctable

Le commerce électronique augmente de façon exponentielle. Le secteur pharmaceutique ne sera probablement pas épargné.

Les obstacles d'ordre juridiques sont en voie de disparition

Le projet de loi portant adaptation de la preuve aux technologies de l’information et relatif à la signature électronique (01 septembre 99) permet le développement du commerce électronique et des transactions sécurisées, en modifiant certains articles du Code Civil. L'écrit électronique sera admissible comme mode de preuve, au même titre que l'écrit sur support papier. Un document envoyé sur le Web pourra donc être accompagné d'un "certificat d'identité", authentifiant le patient, le médecin ou le pharmacien. Le transfert de l'ordonnance pourra donc se faire sur le Web, et la prescription personnalisée sera possible.

Le dispositif réglementaire en matière de cryptologie permet de sécuriser les messages. Dès lors, il n’existe plus d’obstacle à l’émergence d’opérateurs spécialisés dans la gestion sécurisée des échanges électroniques, incluant une fonction d’authentification, de signature électronique et de cryptage. Il sera donc possible d'assurer le transfert d'information entre prescripteurs, pharmaciens et patients, en garantissant la confidentialité de l'information et l'authentification des intervenants.

La législation européenne s'adapte à l'émergence du commerce électronique

La libre circulation des biens et des services est maintenant effective en Europe, et le commerce électronique favorise la vente transfrontalière à distance. Le Parlement Européen, pour tenter d'uniformiser un paysage morcelé, a adopté la Directive 97/7/CE concernant la protection des consommateurs en matière de contrat à distance.

Elle précise cependant qu'il s'agit de dispositions minimales, et que les Etats membres peuvent adopter des dispositions plus strictes, notamment dans le domaine de la commercialisation de médicaments.

La pression économique

La volonté des gouvernements et de l'assurance maladie de maîtriser les dépenses de santé entraînera probablement des modifications de la législation, afin d'augmenter l'efficacité et de diminuer les coûts de production des produits pharmaceutiques. Il est couramment admis que le commerce électronique permet de diminuer notablement les coûts de distribution. En Allemagne, le patron de BASF AG Information Technology affirme que la modification des circuits de distribution permettrait de faire baisser le prix des produits de 30% (pour en savoir plus, consulter l'article).

La pression de l'internationalisation

L'utilisation croissante de l'Internet augmente le niveau d'information du public, et la création de la monnaie européenne unique favorisera la transparence des prix et donc la circulation des produits hors des frontières.

L'explosion de l'utilisation de l'Internet en Europe permet aux patients de se procurer des médicaments en ligne sur des sites étrangers. Il leur donne également accès à la publicité sur le médicament, autorisée aux Etats-Unis.

Actuellement la régulation des prix des médicaments en Europe est faite par les Etats membres, et les variations de prix d'un pays à l'autre sont importantes. Le passage à l'Euro va augmenter la transparence, et les internautes seront tentés d'aller se procurer des produits à moindre coût sur des sites étrangers. Une harmonisation des prix sera donc nécessaire à moyen terme.

La jurisprudence Decker - Kohll d'avril 98, s'appuyant sur le droit communautaire relatif à la libre circulation des personnes et des biens, est un pas franchi vers une harmonisation des systèmes européens de sécurité sociale. Elle est en faveur du remboursement de frais médicaux engagés dans un autre état membre.

La création du marché commun, la mise en place de la monnaie unique et la fréquentation accrue du Web se conjuguent donc pour bouleverser le marché du médicament.

Les conséquences pour les pharmaciens d'officine : une opportunité unique, mais de nouveaux modèles à concevoir

En France et dans d'autres pays d'Europe, les pharmaciens sont les seuls à pouvoir assurer légalement la distribution des médicaments. Ils ont donc l'opportunité unique d'investir ce marché encore inexistant.

Cependant, le commerce électronique implique soit la distribution des produits dans l'officine la plus proche du patient (système de store locator aux Etats-Unis), soit le portage à domicile. Un pharmacien isolé ne peut en aucun cas assurer de façon efficace la distribution de médicaments dans toute la France. Les pharmaciens d'officine devront donc nécessairement se structurer et procéder à des regroupements fonctionnels, logistiques, informatiques, voire capitalistiques, pour organiser un circuit de distribution efficace. Les pharmaciens peuvent également envisager des alliances avec les grossistes répartiteurs qui disposent déjà de la logistique nécessaire.

Les modèles les plus pertinents sont encore à trouver. Pour optimiser le service rendu au patient, la chaîne de prescription pourrait être totalement intégrée en partant de l'ordonnance du médecin jusqu'à la délivrance du produit au domicile du patient. Enfin l'intégration des modalités de remboursement (tiers payant…) comme aux Etats Unis nécessiterait la participation de l'assurance maladie et des assureurs. Des synergies avec les structures d'hospitalisation à domicile ou de maintien à domicile pourraient également être trouvées. En terme de sécurité sanitaire, la vente de médicaments en ligne pourrait être intégrée aux actions de pharmacovigilance. L'échange d'information entre pharmaciens et professionnels de santé pourrait également être utilisé dans un objectif de disease management et de coordination des soins.

Si les acteurs français se contentent d'une stratégie d'attentisme, ils risquent d'être pris de court par un nouvel entrant, comme au Royaume-Uni où est récemment apparue la pharmacie électronique Pharmacy2u, qui propose de fournir à l'internaute des médicaments de prescription au vu de l'ordonnance papier, et prévoit de prendre en compte la prescription par e-mail. La société a créé son propre réseau de distribution, et se présente sur le Web comme le futur acteur majeur du commerce de médicaments en ligne dans toute l'Europe.


A l'instar des Dr Dominique Dupagne et Lorenzo Macieira Coelho, réagissez à ce dossier en nous donnant votre avis sur le développement des pharmacies électroniques.

Subject: Quel avenir pour les pharmacies électroniques en France et en Europe ?
Date: Mon, 20 Dec 1999 22:38:52 +0100
From: "Dominique Dupagne" <dupagne@docteur.net

Je ne crois pas une seconde au développement rapide de la netpharmacie. Les Français sont trop attachés à leur pharmacien et à l'immédiateté de la délivrance, notamment pour l'OTC. Par ailleurs, la dissémination des pharmacies assure une délivrance immédiate de proximité. Les clients potentiels (ruraux, personnes âgées) ne sont pas les plus équipés en ordinateurs. Enfin, le consommateur n'étant pas le payeur pour les médicaments remboursés, l'argument économique ne tient pas.
En revanche, la parapharmacie, chère, concurrentielle, non réglementée, va rapidement se développer.

Dr Dominique Dupagne

 

Subject: Re: Quel avenir pour les pharmacies électroniques en France et en Europe ?
Date: Tue, 28 Dec 1999 12:32:53 -0500
From: "Lorenzo Macieira Coelho" <lorenzomacieira@compuserve.com

Contrairement au Dr Dupagne, je suis persuadé que la pharmacie electronique   va s'etendre en Europe de manière phénoménale, malheureusement toujours avec un grand retard par rapport aux USA. Le problème n'est pas de savoir si la net pharmacie va exister, mais de savoir quel pays européen en sera le leader. Les enjeux économiques sont tels que rien ne pourra lui résister. La bataille dans la parapharmacie en témoigne pleinement avec le procès perdu des laboratoires Pierre Fabre ; ceci n'est qu'un début.

Dr Lorenzo Macieira

 


Réagissez à cet article

Retrouvez tous les autres articles de la rubrique Internet Médical.

9 décembre 1999

 

Dossiers Internet Médical



momes.net
momes.net
ados.fr
ados.fr
doc tv
doc.tv
fluctuat.net
fluctuat.net
Suivez toute
l'actualité
du Foot
 


DOSSIER START-UP

La croisière ne s'amuse plus.
A vos dés.

CHIFFRES EN SANTE

Lire aussi sur les E-pharmacies :

12 novembre 1999
Pharmacies en ligne : du monde derrière le comptoir

20 juillet 1999
Les abus des pharmacies électroniques

14 juin 1999
L’Internet est un réseau de distribution comme les autres

Les 10 derniers articles de l'Internet Médical

 6 novembre 2002
Le WAP est mort, vive l’I-mode

Inetsanté : Internet, pathologies chroniques et professionnels de santé

 4 septembre 2002
Santé et Nouvelles Technologies de l’Information

12 juillet 2002
Le retour des cyberchondriaques

Trophée MFP

 8 mars 2002
Medisite story

Les lauréats des Prix Nobel ont des visions de l'Internet

Le CHRU de Strasbourg ausculte ses investissements informatiques

Proximologie.com, un concept signé Novartis

 19 novembre 2001
Hospimedia : Le dernier né des sites santé

{bandeaudroitbas}
   
     
Copyright © Medcost 2003-Tous droits réservés.    
 
Dossiers
Recherche
Plan du site
 
Références : Doctissimo I Caradisiac I Ados.fr I Momes.net I gnomz.com I fluctuat.net